fr.mpmn-digital.com
Nouvelles recettes

Diaporama des soirées 'Gossip Girl' par saison

Diaporama des soirées 'Gossip Girl' par saison


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Saison 1

Blair a 17 anse Fête d'anniversaire

Dans "Dix-sept bougies," une fête d'anniversaire est organisée par Serena van der Woodsen. La célébration a eu lieu dans un loft de l'Upper East Side qui était rempli de chefs de sushis déployant des rouleaux de maki et de sashimi, et des serveuses de style Harajuku servant des martinis au saké. Les invités se sont amusés avec un tournoi Guitar Hero. À minuit, un gâteau à trois étages recouvert d'un cierge magique a été présenté à la fille d'anniversaire.

Le bal masqué

Dans un épisode intitulé, "Le conte de la servante", tout le monde était tenu de venir en costume victorien complet et avec des masques au bal masqué, qui s'est tenu au Gotham Hall de New York. Le décor de style baroque, avec des gobelets en argent élaborés remplis d'arrangements floraux élaborés et des tables garnies de piles d'apéritifs.

Boule du cotillon

Dans l'épisode intitulé "Bonjour, Société," une tradition éprouvée de l'Upper East Side est dépeinte : le cotillon, où les débutantes doivent entrer dans la société en se présentant comme des dames. Cette entrée élaborée comprend une escorte, une danse chorégraphiée et une soirée formelle avec champagne, un dîner de cinq plats et un service en gants blancs.

Saison 2

fête blanche

Dans « L'été est un peu merveilleux » le gang est allé dans les Hamptons, où tout le monde de l'Upper East Side va apparemment en été. L'invitation la plus convoitée de la saison est celle à la White Party annuelle, qui était organisée par Vitamin Water. Bien qu'il soit obligatoire d'assister uniquement à l'ombre propre, il y avait des cocktails colorés inspirés de la boisson au menu ainsi que des bouchées légères.

Boule de flocon de neige

La fête d'hiver annuelle pour les étudiants de Constance Billard et St. Jude a rendu hommage à un pays des merveilles de l'hiver. Bien que nous sachions que les invités portaient des robes dans des tons de bleu, d'argent et de blanc, nous ne sommes pas sûrs du menu. Voici un menu inspiré de l'hiver pour accompagner les festivités.

Bal de promo

Dans "Les filles de la vallée", le groupe se dirige vers le bal, ce qui est un peu plus que votre extravagance moyenne de fin de lycée - leur bal comportait des robes de couture, des after-parties de la suite présidentielle et de longues tables décorées avec des centres de plumes et de palmiers abondants ornés de gradins colorés bouchées telles que tartes, macarons et crostini. Les festivités post-bal comprenaient des cocktails au Plaza's Oak Room et un brunch de remise des diplômes au loft van der Woodsen.

Saison 3

Déjeuner Polo

Après un long été, tout le monde s'est dirigé vers un match de polo à Greenwich. Alors que le jeu battait son plein, les invités ont dîné à des tables sous une tente blanche et ont mangé le thé et le brunch de l'après-midi, notamment des sandwichs au thé, des salades et des scones tout en sirotant Veuve Clicquot.

NYU Bashing

Dans « L'étudiant de première année », Blair décide d'organiser une soirée sushi pour séduire ses nouveaux camarades de classe avec des petits pains, des sashimi et des salades d'algues, et elle a fait appel à une masseuse pour soulager le stress des étudiants de première année. Georgina organise également une fête universitaire classique sur le toit d'un immeuble - avec des fûts, des tasses rouges et des pizzas.

Le mariage de Rufus et Lily

Une affaire de plein air, ce mariage pendant "Rufus se marie" était un peu plus décontracté et confortable, avec toute la noce, y compris la mariée, portant des couleurs vives. La nouvelle tendance des bars à nourriture et à boissons était exposée avec différents cocktails et boissons exclusives dans de grandes boîtes en verre, et il y avait aussi un gâteau de mariage orné de fruits.

Saison 4

Gâteries parisiennes

Bien qu'il n'y ait pas eu de soirées officielles à Paris, il se pourrait bien qu'il y ait eu hors caméra puisque Blair et Serena étaient toutes les deux en train de galoper dans le plus chic des restaurants dans les tenues les plus convoitées. Le duo a dîné à l'uber-chic Café de Flore pour le déjeuner ainsi qu'au Café Louis Philippe, Blair s'offre un macaron et un thé au salon de thé Ladurée, et les filles double rendez-vous à la salle de cristal de Baccarat. Pas trop mal pour deux jeunes filles à Paris, non ?

Fête rose

Pour sensibiliser le public au cancer du sein, Lily Humphrey organise une Pink Party où tout, de la nourriture à la boisson en passant par la garde-robe, était orné de teintes chaudes. Les invités ont siroté du vin rosé et mangé des pâtisseries aux couleurs pastel en célébrant la cause.

La Saint-Valentin

La décadence était le mot à la collecte de fonds de la Saint-Valentin de Chuck dans un manoir isolé. Un régal pour les yeux, le concept était basé sur une bacchanale, avec d'énormes plateaux d'argent servant des viandes de premier choix, des fromages et des légumes de saison ainsi que du champagne, du vin et des fruits. Pour 2 500 $ par tête, il vaut mieux être décadent.

Saints et pécheurs

Alors que Chuck organisait une soirée "Saints and Sinners" pour maintenir sa réputation de milliardaire bad-boy avec toute la lingerie racée et les robes saintes, Blair a organisé un petit rassemblement de mondains afin de rejoindre un club exclusif. Au menu, des plats classiques du Lion de John Delucie : tourte au homard, risotto et salades de roquette.

Saison 5

La douche nuptiale de Blair

Au Petit déjeuner chez Tiffany-bash à thème, Serena a embrassé son rôle de demoiselle d'honneur, décorant tout l'espace pour ressembler à une mer de boîtes bleues Tiffany. Les invités ont reçu un collier Tiffany en guise de faveur, à l'exception d'un invité qui a eu la chance de gagner une bague en diamant – tout cela après avoir mangé un gâteau Tiffany-box, bien sûr.

Un salon britannique

En l'honneur de leur sortie en couple, Blair et Dan ont organisé un salon à thème britannique personnellement préparé par le chef April Bloomfield au loft Humphrey. Il y avait très certainement du porc au menu, c'est sûr.

Fête de divorce

La cinquième saison s'est terminée là où la première saison a commencé – lors d'un événement Shepherd. Dans la première saison, les bergers se sont mariés. Au cours de la finale, ils ont organisé une fête de divorce, avec un gâteau de mariage tranché directement au centre avec un gâteau de mariée et de marié allant dans des directions opposées – très approprié.


Votre prochain coffret : Gossip Girl

Blair Waldorf, la reine de 17 ans impeccablement coiffée de l'Upper East Side ultra-chic de Manhattan, fera tout pour maintenir sa suprématie parmi son troupeau d'ados affreusement trop privilégiés : mentir, tricher, déshonorer ses amis, même accidentellement - volontairement casser la cheville du petit ami de son père (décloisonné). Vous voulez la détester, mais Gossip Girl, la série télévisée américaine addictive, vous maintient désespérément désespéré de savoir quel schéma dément Blair proposera ensuite (et, plus précisément, quelle nuance de rouge à lèvres Chanel elle portera ).

L'émission tire son nom d'un blogueur non identifié qui raconte « la vie scandaleuse de l'élite de Manhattan ». Alors que la saison trois est diffusée sur ITV2, certains critiques ont suggéré que ce n'était pas le jeu hilarant qu'il était autrefois, ce qui est une raison de plus pour se pelotonner sur le canapé et se gaver des séries un et deux, un somptueux épisodes de 18 et 25 respectivement, à voir de quoi il s'agissait.

C'est beaucoup de scandales et de produits capillaires à traverser. La meilleure amie de Blair (désolé, meilleure amie) Serena van der Woodsen trouve l'amour avec Dan, un roturier (haletant) de Brooklyn, mais son passé de drogue continue de la hanter, sous la forme de son vieux fou de fête, la dérangée Georgina. Blair, quant à lui, est tiraillé entre l'amoureux de l'enfance Nate et la réponse de Manhattan à Méphistophélès: héritier de la chaîne d'hôtels et coureur de jupons endémique Chuck (joué par le Britannique Ed Westwick avec une voix traînante à la mâchoire lâche).

Et il n'y a pas que les ados qui s'y mettent. Il y a beaucoup de tension sexuelle entre la mère de Serena qui cherche de l'or et le père rock star de Dan : leur désir urgent de se mettre en couple est à jamais frustré par le fait que cela rendrait Serena et Dan des demi-frères et sœurs et leur relation incestueuse. Les intrigues sont si convaincantes, si fabuleux sont tous ces vêtements de créateurs, que toute répulsion face à leur snobisme et à leur matérialisme s'estompe rapidement. Comme le dit Serena lors d'un bal exclusif pour les adolescents de New York : "C'est comme Anna Karenina - par Anna Wintour."


Votre prochain coffret : Gossip Girl

Blair Waldorf, la reine de 17 ans impeccablement coiffée de l'Upper East Side ultra-chic de Manhattan, fera tout pour maintenir sa suprématie parmi son troupeau d'ados affreusement trop privilégiés : mentir, tricher, déshonorer ses amis, même accidentellement - volontairement casser la cheville du petit ami de son père (décloisonné). Vous voulez la détester, mais Gossip Girl, la série télévisée américaine addictive, vous maintient désespérément désespéré de savoir quel schéma dément Blair proposera ensuite (et, plus précisément, quelle nuance de rouge à lèvres Chanel elle portera ).

L'émission tire son nom d'un blogueur non identifié qui raconte « la vie scandaleuse de l'élite de Manhattan ». Alors que la saison trois est diffusée sur ITV2, certains critiques ont suggéré que ce n'était pas le jeu hilarant qu'il était autrefois, ce qui est une raison de plus pour se pelotonner sur le canapé et se gaver des séries un et deux, un somptueux épisodes de 18 et 25 respectivement, à voir de quoi il s'agissait.

C'est beaucoup de scandales et de produits capillaires à traverser. La meilleure amie de Blair (désolé, meilleure amie), Serena van der Woodsen, trouve l'amour avec Dan, un roturier (haletant) de Brooklyn, mais son passé de drogue continue de la hanter, sous la forme de son vieux fou de fête, la dérangée Georgina. Blair, quant à lui, est tiraillé entre l'amoureux de l'enfance Nate et la réponse de Manhattan à Méphistophélès: héritier de la chaîne d'hôtels et coureur de jupons endémique Chuck (joué par le Britannique Ed Westwick avec une voix traînante à la mâchoire lâche).

Et il n'y a pas que les ados qui s'y mettent. Il y a beaucoup de tension sexuelle entre la mère de Serena qui cherche de l'or et le père rock star de Dan : leur désir urgent de se mettre en couple est à jamais frustré par le fait que cela rendrait Serena et Dan des demi-frères et sœurs et leur relation incestueuse. Les intrigues sont si convaincantes, si fabuleux sont tous ces vêtements de créateurs, que toute répulsion face à leur snobisme et à leur matérialisme s'estompe rapidement. Comme le dit Serena lors d'un bal exclusif pour les adolescents de New York : "C'est comme Anna Karenina - par Anna Wintour."


Votre prochain coffret : Gossip Girl

Blair Waldorf, la reine de 17 ans impeccablement coiffée de l'Upper East Side ultra-chic de Manhattan, fera tout pour maintenir sa suprématie parmi son troupeau d'ados affreusement trop privilégiés : mentir, tricher, déshonorer ses amis, même accidentellement - volontairement casser la cheville du petit ami de son père (décloisonné). Vous voulez la détester, mais Gossip Girl, la série télévisée américaine addictive, vous maintient désespérément désespéré de savoir quel schéma dément Blair proposera ensuite (et, plus précisément, quelle nuance de rouge à lèvres Chanel elle portera ).

L'émission tire son nom d'un blogueur non identifié qui raconte « la vie scandaleuse de l'élite de Manhattan ». Alors que la saison trois est diffusée sur ITV2, certains critiques ont suggéré que ce n'était pas le jeu hilarant qu'il était autrefois, ce qui est une raison de plus pour se pelotonner sur le canapé et se gaver des séries un et deux, un somptueux épisodes de 18 et 25 respectivement, à voir de quoi il s'agissait.

C'est beaucoup de scandales et de produits capillaires à traverser. La meilleure amie de Blair (désolé, meilleure amie) Serena van der Woodsen trouve l'amour avec Dan, un roturier (haletant) de Brooklyn, mais son passé de drogue continue de la hanter, sous la forme de son vieux fou de fête, la dérangée Georgina. Blair, quant à lui, est tiraillé entre l'amoureux de l'enfance Nate et la réponse de Manhattan à Méphistophélès: héritier de la chaîne d'hôtels et coureur de jupons endémique Chuck (joué par le Britannique Ed Westwick avec une voix traînante à la mâchoire lâche).

Et il n'y a pas que les ados qui s'y mettent. Il y a beaucoup de tension sexuelle entre la mère de Serena qui cherche de l'or et le père rock star de Dan : leur désir urgent de se mettre en couple est à jamais frustré par le fait que cela rendrait Serena et Dan des demi-frères et sœurs et leur relation incestueuse. Les intrigues sont si convaincantes, si fabuleux sont tous ces vêtements de créateurs, que toute répulsion face à leur snobisme et à leur matérialisme s'estompe rapidement. Comme le dit Serena lors d'un bal exclusif pour les adolescents de New York : "C'est comme Anna Karenina - par Anna Wintour."


Votre prochain coffret : Gossip Girl

Blair Waldorf, la reine de 17 ans impeccablement coiffée de l'Upper East Side super chic de Manhattan, fera tout pour maintenir sa suprématie parmi son troupeau d'adolescents affreusement trop privilégiés : mentir, tricher, déshonorer ses amis, même accidentellement - volontairement casser la cheville du petit ami de son père (décloisonné). Vous voulez la détester, mais Gossip Girl, la série télévisée américaine addictive, vous maintient désespérément désespéré de savoir quel schéma dément Blair proposera ensuite (et, plus précisément, quelle nuance de rouge à lèvres Chanel elle portera ).

L'émission tire son nom d'un blogueur non identifié qui raconte « la vie scandaleuse de l'élite de Manhattan ». Alors que la saison trois est diffusée sur ITV2, certains critiques ont suggéré que ce n'était pas le jeu hilarant qu'il était autrefois, ce qui est une raison de plus pour se pelotonner sur le canapé et se gaver des séries un et deux, un somptueux épisodes de 18 et 25 respectivement, à voir de quoi il s'agissait.

C'est beaucoup de scandales et de produits capillaires à traverser. La meilleure amie de Blair (désolé, meilleure amie), Serena van der Woodsen, trouve l'amour avec Dan, un roturier (haletant) de Brooklyn, mais son passé de drogue continue de la hanter, sous la forme de son vieux fou de fête, la dérangée Georgina. Blair, quant à lui, est tiraillé entre l'amoureux de l'enfance Nate et la réponse de Manhattan à Méphistophélès: héritier de la chaîne d'hôtels et coureur de jupons endémique Chuck (joué par le britannique Ed Westwick avec une voix traînante à la mâchoire lâche).

Et il n'y a pas que les ados qui s'y mettent. Il y a beaucoup de tension sexuelle entre la mère de Serena qui cherche de l'or et le père rock star de Dan : leur désir urgent de se mettre en couple est à jamais frustré par le fait que cela rendrait Serena et Dan des demi-frères et sœurs et leur relation incestueuse. Les intrigues sont si convaincantes, si fabuleux sont tous ces vêtements de créateurs, que toute répulsion face à leur snobisme et à leur matérialisme s'estompe rapidement. Comme le dit Serena lors d'un bal exclusif pour les adolescents de New York : "C'est comme Anna Karenina - par Anna Wintour."


Votre prochain coffret : Gossip Girl

Blair Waldorf, la reine de 17 ans impeccablement coiffée de l'Upper East Side ultra-chic de Manhattan, fera tout pour maintenir sa suprématie parmi son troupeau d'ados affreusement trop privilégiés : mentir, tricher, déshonorer ses amis, même accidentellement - volontairement casser la cheville du petit ami de son père (décloisonné). Vous voulez la détester, mais Gossip Girl, la série télévisée américaine addictive, vous maintient désespérément désespéré de savoir quel schéma dément Blair proposera ensuite (et, plus précisément, quelle nuance de rouge à lèvres Chanel elle portera ).

L'émission tire son nom d'un blogueur non identifié qui raconte « la vie scandaleuse de l'élite de Manhattan ». Alors que la saison trois est diffusée sur ITV2, certains critiques ont suggéré que ce n'était pas le jeu hilarant qu'il était autrefois, ce qui est une raison de plus pour se pelotonner sur le canapé et se gaver des séries un et deux, un somptueux épisodes de 18 et 25 respectivement, à voir de quoi il s'agissait.

C'est beaucoup de scandales et de produits capillaires à traverser. La meilleure amie de Blair (désolé, meilleure amie), Serena van der Woodsen, trouve l'amour avec Dan, un roturier (haletant) de Brooklyn, mais son passé de drogue continue de la hanter, sous la forme de son vieux fou de fête, la dérangée Georgina. Blair, quant à lui, est tiraillé entre l'amoureux de l'enfance Nate et la réponse de Manhattan à Méphistophélès: héritier de la chaîne d'hôtels et coureur de jupons endémique Chuck (joué par le Britannique Ed Westwick avec une voix traînante à la mâchoire lâche).

Et il n'y a pas que les ados qui s'y mettent. Il y a beaucoup de tension sexuelle entre la mère de Serena qui cherche de l'or et le père rock star de Dan : leur désir urgent de se mettre en couple est à jamais frustré par le fait que cela rendrait Serena et Dan des demi-frères et sœurs et leur relation incestueuse. Les intrigues sont si convaincantes, si fabuleux sont tous ces vêtements de créateurs, que toute répulsion face à leur snobisme et à leur matérialisme s'estompe rapidement. Comme le dit Serena lors d'un bal exclusif pour les adolescents de New York : "C'est comme Anna Karenina - par Anna Wintour."


Votre prochain coffret : Gossip Girl

Blair Waldorf, la reine de 17 ans impeccablement coiffée de l'Upper East Side ultra-chic de Manhattan, fera tout pour maintenir sa suprématie parmi son troupeau d'ados affreusement trop privilégiés : mentir, tricher, déshonorer ses amis, même accidentellement - volontairement casser la cheville du petit ami de son père (décloisonné). Vous voulez la détester, mais Gossip Girl, la série télévisée américaine addictive, vous maintient désespérément désespéré de savoir quel schéma dément Blair proposera ensuite (et, plus précisément, quelle nuance de rouge à lèvres Chanel elle portera ).

L'émission tire son nom d'un blogueur non identifié qui raconte « la vie scandaleuse de l'élite de Manhattan ». Alors que la saison trois est diffusée sur ITV2, certains critiques ont suggéré que ce n'était pas le jeu hilarant qu'il était autrefois, ce qui est une raison de plus pour se pelotonner sur le canapé et se gaver des séries un et deux, un somptueux épisodes de 18 et 25 respectivement, à voir de quoi il s'agissait.

C'est beaucoup de scandales et de produits capillaires à traverser. La meilleure amie de Blair (désolé, meilleure amie) Serena van der Woodsen trouve l'amour avec Dan, un roturier (haletant) de Brooklyn, mais son passé de drogue continue de la hanter, sous la forme de son vieux fou de fête, la dérangée Georgina. Blair, quant à lui, est tiraillé entre l'amoureux de l'enfance Nate et la réponse de Manhattan à Méphistophélès: héritier de la chaîne d'hôtels et coureur de jupons endémique Chuck (joué par le Britannique Ed Westwick avec une voix traînante à la mâchoire lâche).

Et il n'y a pas que les ados qui s'y mettent. Il y a beaucoup de tension sexuelle entre la mère de Serena qui cherche de l'or et le père rock star de Dan : leur désir urgent de se mettre en couple est à jamais frustré par le fait que cela rendrait Serena et Dan des demi-frères et sœurs et leur relation incestueuse. Les intrigues sont si convaincantes, si fabuleux sont tous ces vêtements de créateurs, que toute répulsion face à leur snobisme et à leur matérialisme s'estompe rapidement. Comme le dit Serena lors d'un bal exclusif pour les adolescents de New York : "C'est comme Anna Karenina - par Anna Wintour."


Votre prochain coffret : Gossip Girl

Blair Waldorf, la reine de 17 ans impeccablement coiffée de l'Upper East Side ultra-chic de Manhattan, fera tout pour maintenir sa suprématie parmi son troupeau d'ados affreusement trop privilégiés : mentir, tricher, déshonorer ses amis, même accidentellement - volontairement casser la cheville du petit ami de son père (décloisonné). Vous voulez la détester, mais Gossip Girl, la série télévisée américaine addictive, vous maintient désespérément désespéré de savoir quel schéma dément Blair proposera ensuite (et, plus précisément, quelle nuance de rouge à lèvres Chanel elle portera ).

L'émission tire son nom d'un blogueur non identifié qui raconte « la vie scandaleuse de l'élite de Manhattan ». Alors que la saison trois est diffusée sur ITV2, certains critiques ont suggéré que ce n'était pas le jeu hilarant qu'il était autrefois, ce qui est une raison de plus pour se pelotonner sur le canapé et se gaver des séries un et deux, un somptueux épisodes de 18 et 25 respectivement, à voir de quoi il s'agissait.

C'est beaucoup de scandales et de produits capillaires à traverser. La meilleure amie de Blair (désolé, meilleure amie), Serena van der Woodsen, trouve l'amour avec Dan, un roturier (haletant) de Brooklyn, mais son passé de drogue continue de la hanter, sous la forme de son vieux fou de fête, la dérangée Georgina. Blair, quant à lui, est tiraillé entre l'amoureux de l'enfance Nate et la réponse de Manhattan à Méphistophélès: héritier de la chaîne d'hôtels et coureur de jupons endémique Chuck (joué par le Britannique Ed Westwick avec une voix traînante à la mâchoire lâche).

Et il n'y a pas que les ados qui s'y mettent. Il y a beaucoup de tension sexuelle entre la mère de Serena qui cherche de l'or et le père rock star de Dan : leur désir urgent de se mettre en couple est à jamais frustré par le fait que cela rendrait Serena et Dan des demi-frères et sœurs et leur relation incestueuse. Les intrigues sont si convaincantes, si fabuleux sont tous ces vêtements de créateurs, que toute répulsion face à leur snobisme et à leur matérialisme s'estompe rapidement. Comme le dit Serena lors d'un bal exclusif pour les adolescents de New York : "C'est comme Anna Karenina - par Anna Wintour."


Votre prochain coffret : Gossip Girl

Blair Waldorf, la reine de 17 ans impeccablement coiffée de l'Upper East Side ultra-chic de Manhattan, fera tout pour maintenir sa suprématie parmi son troupeau d'ados affreusement trop privilégiés : mentir, tricher, déshonorer ses amis, même accidentellement - volontairement casser la cheville du petit ami de son père (décloisonné). Vous voulez la détester, mais Gossip Girl, la série télévisée américaine addictive, vous maintient désespérément désespéré de savoir quel schéma dément Blair proposera ensuite (et, plus précisément, quelle nuance de rouge à lèvres Chanel elle portera ).

L'émission tire son nom d'un blogueur non identifié qui raconte « la vie scandaleuse de l'élite de Manhattan ». Alors que la saison trois est diffusée sur ITV2, certains critiques ont suggéré que ce n'était pas le jeu hilarant qu'il était autrefois, ce qui est une raison de plus pour se pelotonner sur le canapé et se gaver des séries un et deux, un somptueux épisodes de 18 et 25 respectivement, à voir de quoi il s'agissait.

C'est beaucoup de scandales et de produits capillaires à traverser. La meilleure amie de Blair (désolé, meilleure amie) Serena van der Woodsen trouve l'amour avec Dan, un roturier (haletant) de Brooklyn, mais son passé de drogue continue de la hanter, sous la forme de son vieux fou de fête, la dérangée Georgina. Blair, quant à lui, est tiraillé entre l'amoureux de l'enfance Nate et la réponse de Manhattan à Méphistophélès: héritier de la chaîne d'hôtels et coureur de jupons endémique Chuck (joué par le Britannique Ed Westwick avec une voix traînante à la mâchoire lâche).

Et il n'y a pas que les ados qui s'y mettent. Il y a beaucoup de tension sexuelle entre la mère de Serena qui cherche de l'or et le père rock star de Dan : leur désir urgent de se mettre en couple est à jamais frustré par le fait que cela rendrait Serena et Dan des demi-frères et sœurs et leur relation incestueuse. Les intrigues sont si convaincantes, si fabuleux sont tous ces vêtements de créateurs, que toute répulsion face à leur snobisme et à leur matérialisme s'estompe rapidement. Comme le dit Serena lors d'un bal exclusif pour les adolescents de New York : "C'est comme Anna Karenina - par Anna Wintour."


Votre prochain coffret : Gossip Girl

Blair Waldorf, la reine de 17 ans impeccablement coiffée de l'Upper East Side super chic de Manhattan, fera tout pour maintenir sa suprématie parmi son troupeau d'adolescents affreusement trop privilégiés : mentir, tricher, déshonorer ses amis, même accidentellement - volontairement casser la cheville du petit ami de son père (décloisonné). Vous voulez la détester, mais Gossip Girl, la série télévisée américaine addictive, vous maintient désespérément désespéré de savoir quel schéma dément Blair proposera ensuite (et, plus précisément, quelle nuance de rouge à lèvres Chanel elle portera ).

L'émission tire son nom d'un blogueur non identifié qui raconte « la vie scandaleuse de l'élite de Manhattan ». Alors que la saison trois est diffusée sur ITV2, certains critiques ont suggéré que ce n'était pas le jeu hilarant qu'il était autrefois, ce qui est une raison de plus pour se pelotonner sur le canapé et se gaver des séries un et deux, un somptueux épisodes de 18 et 25 respectivement, à voir de quoi il s'agissait.

C'est beaucoup de scandales et de produits capillaires à traverser. La meilleure amie de Blair (désolé, meilleure amie), Serena van der Woodsen, trouve l'amour avec Dan, un roturier (haletant) de Brooklyn, mais son passé de drogue continue de la hanter, sous la forme de son vieux fou de fête, la dérangée Georgina. Blair, quant à lui, est tiraillé entre l'amoureux de l'enfance Nate et la réponse de Manhattan à Méphistophélès: héritier de la chaîne d'hôtels et coureur de jupons endémique Chuck (joué par le Britannique Ed Westwick avec une voix traînante à la mâchoire lâche).

Et il n'y a pas que les ados qui s'y mettent. Il y a beaucoup de tension sexuelle entre la mère de Serena qui cherche de l'or et le père rock star de Dan : leur désir urgent de se mettre en couple est à jamais frustré par le fait que cela rendrait Serena et Dan des demi-frères et sœurs et leur relation incestueuse. Les intrigues sont si convaincantes, si fabuleux sont tous ces vêtements de créateurs, que toute répulsion face à leur snobisme et à leur matérialisme s'estompe rapidement. Comme le dit Serena lors d'un bal exclusif pour les adolescents de New York : "C'est comme Anna Karenina - par Anna Wintour."


Votre prochain coffret : Gossip Girl

Blair Waldorf, la reine de 17 ans impeccablement coiffée de l'Upper East Side ultra-chic de Manhattan, fera tout pour maintenir sa suprématie parmi son troupeau d'ados affreusement trop privilégiés : mentir, tricher, déshonorer ses amis, même accidentellement - volontairement casser la cheville du petit ami de son père (décloisonné). Vous voulez la détester, mais Gossip Girl, la série télévisée américaine addictive, vous maintient désespérément désespéré de savoir quel schéma dément Blair proposera ensuite (et, plus précisément, quelle nuance de rouge à lèvres Chanel elle portera ).

L'émission tire son nom d'un blogueur non identifié qui raconte « la vie scandaleuse de l'élite de Manhattan ». Alors que la saison trois est diffusée sur ITV2, certains critiques ont suggéré que ce n'était pas le jeu hilarant qu'il était autrefois, ce qui est une raison de plus pour se pelotonner sur le canapé et se gaver des séries un et deux, un somptueux épisodes de 18 et 25 respectivement, à voir de quoi il s'agissait.

C'est beaucoup de scandales et de produits capillaires à traverser. La meilleure amie de Blair (désolé, meilleure amie) Serena van der Woodsen trouve l'amour avec Dan, un roturier (haletant) de Brooklyn, mais son passé de drogue continue de la hanter, sous la forme de son vieux fou de fête, la dérangée Georgina. Blair, quant à lui, est tiraillé entre l'amoureux de l'enfance Nate et la réponse de Manhattan à Méphistophélès: héritier de la chaîne d'hôtels et coureur de jupons endémique Chuck (joué par le Britannique Ed Westwick avec une voix traînante à la mâchoire lâche).

Et il n'y a pas que les ados qui s'y mettent. Il y a beaucoup de tension sexuelle entre la mère de Serena qui cherche de l'or et le père rock star de Dan : leur désir urgent de se mettre en couple est à jamais frustré par le fait que cela rendrait Serena et Dan des demi-frères et sœurs et leur relation incestueuse. Les intrigues sont si convaincantes, si fabuleux sont tous ces vêtements de créateurs, que toute répulsion face à leur snobisme et à leur matérialisme s'estompe rapidement. Comme le dit Serena lors d'un bal exclusif pour les adolescents de New York : "C'est comme Anna Karenina - par Anna Wintour."


Voir la vidéo: Chuck u0026 Blair 5x03 Blair tells Chuck shes pregnant


Commentaires:

  1. Flint

    Il y a quelque chose. Plus tôt, je pensais différemment, je remercie pour l'information.

  2. Ackley

    À mon avis, vous vous trompez. Écrivez-moi dans PM, nous en discuterons.

  3. Attis

    J'ai entendu cette histoire il y a environ 7 ans.

  4. Fezil

    Je vous prie pardon qui est intervenu ... Je comprends cette question. J'invite à la discussion.

  5. Tygogal

    Bravo, quels mots appropriés ..., la magnifique pensée

  6. Sealey

    Je voudrais vous encourager à visiter un site qui contient beaucoup d'informations sur le sujet qui vous intéresse.



Écrire un message