fr.mpmn-digital.com
Nouvelles recettes

Nous avons essayé la meilleure pizza sur terre

Nous avons essayé la meilleure pizza sur terre



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


En travaillant chez Foodbeast, nous avons essayé et écrit sur d'innombrables types de pizza. Nous avons mangé des pizzas Big Mac et des pizzas pour le petit-déjeuner. Nous avons même vu de délicieuses pizzas vietnamiennes Pho et à l'anguille japonaise être jetées au four, en ressortant aussi délicieuses que nous aurions pu rêver.

Tout cela est pâle par rapport à la simple pizza de Da Michele à Naples, en Italie.

S'il y a une pizza que vous devez ajouter à votre liste de seaux, c'est bien celle-ci.

Après une visite torride de Pompéi, les autres membres de Foodbeast Isai, Marc, Elie et moi-même étions épuisés et affamés. Il ne nous restait que quelques heures avant que notre navire Carnival Cruise ne quitte le port, lorsque Marc a suggéré que ce que nous avons appris plus tard était la meilleure idée de tout notre voyage.

Marc :

Mon ami Ash m'en a parlé avant mon départ pour la croisière. Il a dit qu'il avait attendu des HEURES pour prendre une part à cet endroit et que cela valait vraiment la peine d'attendre.

Avec une terre promise vers laquelle marcher, nous étions prêts à essayer cette pizzeria dont Marc parlait si bien.

C'était à une demi-heure de marche du port. Marc en tête avec son téléphone haut, Elie derrière lui, regardant les souvenirs dans les stands de rue, moi-même prenant des photos comme le touriste typique et Izzy à la dernière place alors qu'il envoyait un texto à une fille qu'il ne voulait pas que nous sachions .

Ce qui était des minutes semblait être des heures grâce à nos fringales. Alors que nous tournions au coin de la rue italienne animée, mon cœur se serra. Dans ce qui ressemblait à une foule lors d'un match de football, la grande mer de personnes que nous avons repérées était la file d'attente pour Da Michele, étoilé au Michelin.

Élie :

La ligne est plus folle que toutes les baskets que j'ai jamais vues. La pizza doit être bonne si les locaux font la queue, alors qu'ils pourraient simplement se rendre dans les autres pizzerias de classe mondiale du même pâté de maisons.

Tandis qu'Elie, Isai et moi-même envisagions tranquillement de le claquer à la pizzeria de l'autre côté de la rue, Marc tira droit dans la foule comme une balle. Son écharpe du Los Angeles Football Club flotte au vent comme un super-héros. Il avait un feu dans les yeux aussi rouge vif que sa barbe rousse.

Alors que nous attendions tous les trois à la périphérie de la foule de clients affamés, nos propres estomacs se sont mis à grogner d'incertitude.

Environ 15 minutes plus tard, il pataugeait triomphalement dans la mer de gens avec deux boîtes de pizza tenues haut au-dessus de sa tête. Il y avait un gros sourire sur son visage, comme s'il venait d'accomplir l'impossible. D'une certaine manière, il l'avait fait.

Un homme est sorti de la pizzeria juste après lui.

Merde. Marc a volé la pizza de ce type, Je me suis dit.

Il s'avère que le mec était un employé qui a vu l'écharpe LAFC que notre réalisateur vidéo portait. En ce moment, les deux fans de football se sont liés autour de leur amour mutuel du sport et d'une boîte de pizza. En guise de remerciement, Marc a retiré le foulard de ses épaules et l'a drapé sur l'homme en signe d'amitié.

Aussi beau que fût ce moment, j'étais affamé. Vingt minutes avant cet événement, je l'avais mangé sur le trottoir italien après avoir trébuché sur mes deux pieds gauches. Un ego meurtri et un objectif de caméra encore plus meurtri. Pas un bon accord avec la faim.

Nous avons pris les pizzas dans la rue, ce qui nous a semblé être des heures de marche supplémentaires, et avons finalement ouvert les boîtes.

Alors qu'Elie ouvrait avec impatience la boîte à pizza, j'ai eu une énorme bouffée de pizza fraîchement préparée. Comme lors de mon incident précédent avec le trottoir, j'étais complètement stupéfait de voir à quel point il sentait bon.

Elie m'a tendu une boîte Isai à partager pendant qu'il partageait l'autre avec Marc. Alors que je prenais une bouchée, ma vie de mangeur de pizza défila devant mes yeux. Je me suis souvenu de la première fois que j'ai essayé la pizza Costco, quand Domino's a refait sa croûte, même mon bref mais incroyable passage en tant que livreur de pizza pour une maman et un magasin de pop.

Avec le recul, ces pizzas semblaient être du carton par rapport à ce chef-d'œuvre. La déception de tomber sur mon appareil photo a disparu dans l'air chaud de Naples en un instant.

Tout ce que la tarte de Da Michele avait était la croûte, la sauce, le fromage, un morceau de basilic et un filet d'huile d'olive sur le dessus. Simple et spectaculaire.

J'ai regardé Elie et Marc, qui savouraient chaque bouchée de leurs tranches respectives. Au début, j'avais peur que nous l'aimions tellement parce que nous étions affamés. Ensuite, je me souviens qu'Isai avait déjà acheté une pizza il n'y a pas si longtemps pendant que le reste d'entre nous faisait des achats de souvenirs. Il avait l'estomac relativement plein, mais il savourait toujours un morceau comme si c'était la dernière fois qu'il mangeait cette tarte.

Il a promis plus tard que ce ne serait pas la dernière fois qu'il essaierait cette magnifique pizza.

Isaï :

Je veux toujours déménager là-bas. Pizza et filles italiennes.

Après avoir terminé notre repas, nous nous sommes assis là dans une ruelle italienne, parlant de la pizza comme si c'était un blockbuster d'été que nous venions de finir de regarder. Tout le monde avait le sourire aux lèvres. De la croûte moelleuse à la sauce piquante, chaque morceau de pizza de Da Michele a été disséqué et analysé.

Si cette pizza était un film, elle aurait un score presque parfait pour Rotten Tomatoes.

Chaque fois que je dis aux gens que je travaille pour Foodbeast, ils me demandent immédiatement quelle est la meilleure chose que j'ai mangée au travail. J'ai toujours fait un blanc avec tant d'aliments délicieux au fil des ans. Maintenant, je vais leur dire que c'était cette pizza.

Nous nous reverrons Da Michele. Un jour.

Cet article a été initialement publié par Peter Pham


Manger des cigales Brood X à la mode : à quoi ressemblent les recettes d'insectes

Ils sont la porte d'entrée dans le monde enivrant et croustillant de la consommation d'insectes.

Après avoir dormi pendant près de 20 ans, les cigales cacophoniques Brood X ont enfin émergé sur la côte est.

Mais cette fois-ci, les plus aventureux d'entre nous ne se contenteront pas de audience les créatures assourdissantes - certains se préparent à cuisiner ces bougres tendance comme une ébullition d'écrevisses terrestres.

"Vous voulez manger les femelles, car elles sont pleines d'œufs", a déclaré Gene Kritsky, auteur de "Periodical Cicadas: The Brood X Edition". Abandonnant la comparaison fatiguée avec le poulet, il a comparé leur saveur à quelque chose de plus comme des asperges froides.

Désormais, une petite foule affamée d'épicuriens intrépides se dirige vers les forêts de la côte est et du Midwest pour attraper les insectes qui n'apparaissent que tous les 17 ans. Les cuisiniers créatifs génèrent un buzz intrigant à la fois en ligne et dans la chair pour le passe-temps décrié de manger des insectes. Nous aussi, nous avons décidé de mettre nos papilles à l'épreuve et de goûter nous-mêmes à ces délices cycliques. Hakuna matata, non ?

Joseph Yoon, chef privé et fondateur de Brooklyn Bugs, un groupe de défense des insectes comestibles qui présente les insectes comme une source durable de protéines. L'entomophage pur et dur "oui, il y a" 8217s a word pour "bug eater" a accompagné des chercheurs lors d'excursions de recherche de cigale dans le New Jersey dans le but de récolter des "centaines de milliers d'échantillons" pour le pot, a-t-il déclaré au Post.

"Nous allons créer des plats et des idées autour des cigales qui n'ont jamais été vus auparavant", a déclaré Yoon, qui facture plus de 750 $ pour ses repas privés sans cigale. Il cherche actuellement à organiser des événements sur les bogues pour le public.

Mais le gourmand a gracieusement accepté d'organiser son banquet inaugural Brood X dans mon appartement à Brooklyn, où il nous a offert un échantillonneur de cigale périodique personnalisé à huit plats.

Ben Cost de The Post s'est livré à la tendance de plus en plus populaire de manger des insectes - le plat principal étant la cigale Brood X. Stefano Giovannini

Comme c'était au début de la saison des cigales au moment de manger, il a servi les nymphes, le premier étage « semblable à du veau » auquel manquent les ailes de l'adulte.

En priant pour ne pas avoir d'allergies imprévues aux cigales, nous nous sommes plongés dans la manne des insectes.

Voir également

Des cigales aux yeux rouge sang émergent à Washington

Tout d'abord par la trappe : des fèves d'edamame blanchies saupoudrées de sel de mer, le salé japonais condiment furikake et, bien sûr, des nymphes de cigale frites à la perfection.

Bien qu'elles ressemblaient à des crevettes desséchées, elles avaient un goût dodu et de noisette, et se mariaient particulièrement bien avec une lager croustillante.

Viennent ensuite les « œufs d'insectes » : des bébés cigales frites que Yoon a placées astucieusement sur la moitié d'un œuf de caille bouilli, un plat qu'il a décrit comme « symbolisant le printemps ». , du miel et des grillons hachés pour plus de protéines.

"Attention, ça a du punch", a averti Yoon alors que nous en avalions une cuillerée entière.

Cigale nymphe kimchi avec riz noir, kennip, concombre et menthe. Stefano Giovannini

Le cuisinier des insectes l'a suivi avec des cigales à l'ail dans une soupe de poireaux aux pommes de terre, puis du kimchi de cigale avec du riz noir, suivi de cigales marinées avec du tofu soyeux avec des poivrons gochu et des rampes.

Loin des sucettes scorpion vendues dans les boutiques de souvenirs des musées, ces plats complexes semblaient pouvoir être servis dans un restaurant étoilé au Michelin. C'est parce que Yoon voulait créer des plats "authentiques et non fantaisistes" qui aideraient les Occidentaux à apprécier la saveur naturelle de la cigale, a-t-il déclaré.


Manger des cigales Brood X à la mode : à quoi ressemblent les recettes d'insectes

Ils sont la porte d'entrée dans le monde enivrant et croustillant de la consommation d'insectes.

Après avoir dormi pendant près de 20 ans, les cigales cacophoniques Brood X ont enfin émergé sur la côte est.

Mais cette fois-ci, les plus aventureux d'entre nous ne se contenteront pas de audience les créatures assourdissantes - certains se préparent à cuisiner ces bougres tendance comme une ébullition d'écrevisses terrestres.

"Vous voulez manger les femelles, car elles sont pleines d'œufs", a déclaré Gene Kritsky, auteur de "Periodical Cicadas: The Brood X Edition". Abandonnant la comparaison fatiguée avec le poulet, il a comparé leur saveur à quelque chose comme des asperges froides.

Désormais, une petite foule affamée d'épicuriens intrépides se dirige vers les forêts de la côte est et du Midwest pour attraper les insectes qui n'apparaissent que tous les 17 ans. Les cuisiniers créatifs génèrent un buzz intrigant à la fois en ligne et dans la chair pour le passe-temps décrié de manger des insectes. Nous aussi, nous avons décidé de mettre nos papilles à l'épreuve et de goûter nous-mêmes à ces délices cycliques. Hakuna matata, non ?

Joseph Yoon, chef privé et fondateur de Brooklyn Bugs, un groupe de défense des insectes comestibles qui présente les insectes comme une source durable de protéines. L'entomophage pur et dur "oui, il y a" 8217s a word pour "bug eater" a accompagné des chercheurs lors d'excursions de recherche de cigale dans le New Jersey dans le but de récolter des "centaines de milliers d'échantillons" pour le pot, a-t-il déclaré au Post.

"Nous allons créer des plats et des idées autour des cigales qui n'ont jamais été vus auparavant", a déclaré Yoon, qui facture plus de 750 $ pour ses repas privés sans cigale. Il cherche actuellement à organiser des événements sur les bogues pour le public.

Mais le gourmand a gracieusement accepté d'organiser son banquet inaugural Brood X dans mon appartement à Brooklyn, où il nous a offert un échantillonneur de cigale périodique à huit plats personnalisé.

Ben Cost de The Post s'est livré à la tendance de plus en plus populaire de manger des insectes - le plat principal étant la cigale Brood X. Stefano Giovannini

Comme c'était au début de la saison des cigales au moment de manger, il a servi les nymphes, le premier étage « semblable à du veau » auquel manquent les ailes de l'adulte.

En priant pour ne pas avoir d'allergies imprévues aux cigales, nous nous sommes plongés dans la manne des insectes.

Voir également

Des cigales aux yeux rouge sang émergent à Washington

Tout d'abord par la trappe : des fèves d'edamame blanchies saupoudrées de sel de mer, le salé japonais condiment furikake et, bien sûr, des nymphes de cigale frites à la perfection.

Bien qu'elles ressemblaient à des crevettes desséchées, elles avaient un goût dodu et de noisette, et se mariaient particulièrement bien avec une lager croustillante.

Viennent ensuite les « œufs d'insectes » : des bébés cigales frites que Yoon a placées astucieusement sur la moitié d'un œuf de caille bouilli, un plat qu'il a décrit comme « symbolisant le printemps ». , du miel et des grillons hachés pour plus de protéines.

"Attention, ça a du punch", a averti Yoon alors que nous en avalions une cuillerée entière.

Cigale nymphe kimchi avec riz noir, kennip, concombre et menthe. Stefano Giovannini

Le cuisinier de bogue l'a suivi avec des cigales à l'ail dans une soupe de poireaux aux pommes de terre, puis du kimchi de cigale avec du riz noir, suivi de cigales marinées avec du tofu soyeux avec des poivrons gochu et des rampes.

Loin des sucettes scorpion vendues dans les boutiques de souvenirs des musées, ces plats complexes semblaient pouvoir être servis dans un restaurant étoilé au Michelin. C'est parce que Yoon voulait créer des plats "authentiques et non fantaisistes" qui aideraient les Occidentaux à apprécier la saveur naturelle de la cigale, a-t-il déclaré.


Manger des cigales Brood X à la mode : à quoi ressemblent les recettes d'insectes

Ils sont la porte d'entrée dans le monde enivrant et croustillant de la consommation d'insectes.

Après avoir dormi pendant près de 20 ans, les cigales cacophoniques Brood X ont enfin émergé sur la côte est.

Mais cette fois-ci, les plus aventureux d'entre nous ne se contenteront pas de audience les créatures assourdissantes - certains se préparent à cuisiner ces bougres tendance comme une ébullition d'écrevisses terrestres.

"Vous voulez manger les femelles, car elles sont pleines d'œufs", a déclaré Gene Kritsky, auteur de "Periodical Cicadas: The Brood X Edition". Abandonnant la comparaison fatiguée avec le poulet, il a comparé leur saveur à quelque chose comme des asperges froides.

Désormais, une petite foule affamée d'épicuriens intrépides se dirige vers les forêts de la côte est et du Midwest pour attraper les insectes qui n'apparaissent que tous les 17 ans. Les cuisiniers créatifs génèrent un buzz intrigant à la fois en ligne et dans la chair pour le passe-temps décrié de manger des insectes. Nous aussi, nous avons décidé de mettre nos papilles à l'épreuve et de goûter nous-mêmes à ces délices cycliques. Hakuna matata, non ?

Joseph Yoon, chef privé et fondateur de Brooklyn Bugs, un groupe de défense des insectes comestibles qui revendique les insectes comme une source durable de protéines. L'entomophage pur et dur " Oui, il y a " 8217s a word pour "bug eater" a accompagné des chercheurs lors d'excursions de recherche de cigale dans le New Jersey dans le but de récolter des "centaines de milliers d'échantillons" pour le pot, a-t-il déclaré au Post.

"Nous allons créer des plats et des idées autour des cigales qui n'ont jamais été vus auparavant", a déclaré Yoon, qui facture plus de 750 $ pour ses repas privés sans cigale. Il cherche actuellement à organiser des événements sur les bogues pour le public.

Mais le gourmand a gracieusement accepté d'organiser son banquet inaugural Brood X dans mon appartement à Brooklyn, où il nous a offert un échantillonneur de cigale périodique personnalisé à huit plats.

Ben Cost de The Post s'est livré à la tendance de plus en plus populaire de manger des insectes - le plat principal étant la cigale Brood X. Stefano Giovannini

Comme c'était au début de la saison des cigales au moment de manger, il a servi les nymphes, le premier étage « semblable à du veau » auquel manquent les ailes de l'adulte.

En priant pour ne pas avoir d'allergies imprévues aux cigales, nous nous sommes plongés dans la manne des insectes.

Voir également

Des cigales aux yeux rouge sang émergent à Washington

Tout d'abord par la trappe : des fèves d'edamame blanchies saupoudrées de sel de mer, le salé japonais condiment furikake et, bien sûr, des nymphes de cigale frites à la perfection.

Bien qu'elles ressemblaient à des crevettes desséchées, elles avaient un goût dodu et de noisette, et se mariaient particulièrement bien avec une lager croustillante.

Viennent ensuite les « œufs d'insectes » : des bébés cigales frites que Yoon a placé astucieusement sur la moitié d'un œuf de caille bouilli, un plat qu'il a décrit comme « symbolisant le printemps ». , du miel et des grillons hachés pour plus de protéines.

"Attention, ça a du punch", a averti Yoon alors que nous en buvions une cuillerée entière.

Cigale nymphe kimchi avec riz noir, kennip, concombre et menthe. Stefano Giovannini

Le cuisinier de bogue l'a suivi avec des cigales à l'ail dans une soupe de poireaux aux pommes de terre, puis du kimchi de cigale avec du riz noir, suivi de cigales marinées avec du tofu soyeux avec des poivrons gochu et des rampes.

Loin des sucettes scorpion vendues dans les boutiques de souvenirs des musées, ces plats complexes semblaient pouvoir être servis dans un restaurant étoilé au Michelin. C'est parce que Yoon voulait créer des plats "authentiques et non fantaisistes" qui aideraient les Occidentaux à apprécier la saveur naturelle de la cigale, a-t-il déclaré.


Manger des cigales Brood X à la mode : à quoi ressemblent les recettes d'insectes

Ils sont la porte d'entrée dans le monde enivrant et croustillant de la consommation d'insectes.

Après avoir dormi pendant près de 20 ans, les cigales cacophoniques Brood X ont enfin émergé sur la côte est.

Mais cette fois-ci, les plus aventureux d'entre nous ne se contenteront pas de audience les créatures assourdissantes - certains se préparent à cuisiner ces bougres tendance comme une ébullition d'écrevisses terrestres.

"Vous voulez manger les femelles, car elles sont pleines d'œufs", a déclaré Gene Kritsky, auteur de "Periodical Cicadas: The Brood X Edition". Abandonnant la comparaison fatiguée avec le poulet, il a comparé leur saveur à quelque chose de plus comme des asperges froides.

Désormais, une petite foule affamée d'épicuriens intrépides se dirige vers les forêts de la côte est et du Midwest pour attraper les insectes qui n'apparaissent que tous les 17 ans. Les cuisiniers créatifs génèrent un buzz intrigant à la fois en ligne et dans la chair pour le passe-temps décrié de manger des insectes. Nous aussi, nous avons décidé de mettre nos papilles à l'épreuve et de goûter nous-mêmes ces délices cycliques. Hakuna matata, non ?

Joseph Yoon, chef privé et fondateur de Brooklyn Bugs, un groupe de défense des insectes comestibles qui revendique les insectes comme une source durable de protéines. L'entomophage pur et dur " Oui, il y a " 8217s a word pour "bug eater" a accompagné des chercheurs lors d'excursions de recherche de cigale dans le New Jersey dans le but de récolter des "centaines de milliers d'échantillons" pour le pot, a-t-il déclaré à The Post.

"Nous allons créer des plats et des idées autour des cigales qui n'ont jamais été vus auparavant", a déclaré Yoon, qui facture plus de 750 $ pour ses repas privés sans cigale. Il cherche actuellement à organiser des événements sur les bogues pour le public.

Mais le gourmand a gracieusement accepté d'organiser son banquet inaugural Brood X dans mon appartement à Brooklyn, où il nous a offert un échantillonneur de cigale périodique à huit plats personnalisé.

Ben Cost de The Post s'est livré à la tendance de plus en plus populaire de manger des insectes - le plat principal étant la cigale Brood X. Stefano Giovannini

Comme c'était au début de la saison des cigales au moment de manger, il a servi les nymphes, le premier étage « semblable à du veau » auquel manquent les ailes de l'adulte.

En priant pour ne pas avoir d'allergies imprévues aux cigales, nous nous sommes plongés dans la manne des insectes.

Voir également

Des cigales aux yeux rouge sang émergent à Washington

Tout d'abord par la trappe : des fèves d'edamame blanchies saupoudrées de sel de mer, le salé japonais condiment furikake et, bien sûr, des nymphes de cigale frites à la perfection.

Bien qu'elles ressemblaient à des crevettes desséchées, elles avaient un goût dodu et de noisette, et se mariaient particulièrement bien avec une lager croustillante.

Viennent ensuite les « œufs d'insectes » : des bébés cigales frites que Yoon a placées astucieusement sur la moitié d'un œuf de caille bouilli, un plat qu'il a décrit comme « symbolisant le printemps ». , du miel et des grillons hachés pour plus de protéines.

"Attention, ça a du punch", a averti Yoon alors que nous en avalions une cuillerée entière.

Cigale nymphe kimchi avec riz noir, kennip, concombre et menthe. Stefano Giovannini

Le cuisinier de bogue l'a suivi avec des cigales à l'ail dans une soupe de poireaux aux pommes de terre, puis du kimchi de cigale avec du riz noir, suivi de cigales marinées avec du tofu soyeux avec des poivrons gochu et des rampes.

Loin des sucettes scorpion vendues dans les boutiques de souvenirs des musées, ces plats complexes semblaient pouvoir être servis dans un restaurant étoilé au Michelin. C'est parce que Yoon voulait créer des plats "authentiques et non fantaisistes" qui aideraient les Occidentaux à apprécier la saveur naturelle de la cigale, a-t-il déclaré.


Manger des cigales Brood X à la mode : à quoi ressemblent les recettes d'insectes

Ils sont la porte d'entrée dans le monde enivrant et croustillant de la consommation d'insectes.

Après avoir dormi pendant près de 20 ans, les cigales cacophoniques Brood X ont enfin émergé sur la côte est.

Mais cette fois-ci, les plus aventureux d'entre nous ne se contenteront pas audience les créatures assourdissantes - certains se préparent à cuisiner ces bougres tendance comme une ébullition d'écrevisses terrestres.

"Vous voulez manger les femelles, car elles sont pleines d'œufs", a déclaré Gene Kritsky, auteur de "Periodical Cicadas: The Brood X Edition". Abandonnant la comparaison fatiguée avec le poulet, il a comparé leur saveur à quelque chose comme des asperges froides.

Désormais, une petite foule affamée d'épicuriens intrépides se dirige vers les forêts de la côte est et du Midwest pour attraper les insectes qui n'apparaissent que tous les 17 ans. Les cuisiniers créatifs génèrent un buzz intrigant à la fois en ligne et dans la chair pour le passe-temps décrié de manger des insectes. Nous aussi, nous avons décidé de mettre nos papilles à l'épreuve et de goûter nous-mêmes ces délices cycliques. Hakuna matata, non ?

Joseph Yoon, chef privé et fondateur de Brooklyn Bugs, un groupe de défense des insectes comestibles qui présente les insectes comme une source durable de protéines. L'entomophage pur et dur "oui, il y a" 8217s a word pour "bug eater" a accompagné des chercheurs lors d'excursions de recherche de cigale dans le New Jersey dans le but de récolter des "centaines de milliers d'échantillons" pour le pot, a-t-il déclaré à The Post.

"Nous allons créer des plats et des idées autour des cigales qui n'ont jamais été vus auparavant", a déclaré Yoon, qui facture plus de 750 $ pour ses repas privés sans cigale. Il cherche actuellement à organiser des événements sur les bogues pour le public.

Mais le gourmand a gracieusement accepté d'organiser son banquet inaugural Brood X dans mon appartement à Brooklyn, où il nous a offert un échantillonneur de cigale périodique personnalisé à huit plats.

Ben Cost de The Post s'est livré à la tendance de plus en plus populaire de manger des insectes - le plat principal étant la cigale Brood X. Stefano Giovannini

Comme c'était au début de la saison des cigales au moment de manger, il a servi les nymphes, le premier étage « semblable à du veau » auquel manquent les ailes de l'adulte.

En priant pour ne pas avoir d'allergies imprévues aux cigales, nous nous sommes plongés dans la manne des insectes.

Voir également

Des cigales aux yeux rouge sang émergent à Washington

Tout d'abord par la trappe : des fèves d'edamame blanchies saupoudrées de sel de mer, le salé japonais condiment furikake et, bien sûr, des nymphes de cigale frites à la perfection.

Bien qu'elles ressemblaient à des crevettes desséchées, elles avaient un goût dodu et de noisette, et se mariaient particulièrement bien avec une lager croustillante.

Viennent ensuite les « œufs d'insectes » : des bébés cigales frites que Yoon a placé astucieusement sur la moitié d'un œuf de caille bouilli, un plat qu'il a décrit comme « symbolisant le printemps ». , du miel et des grillons hachés pour plus de protéines.

"Attention, ça a du punch", a averti Yoon alors que nous en avalions une cuillerée entière.

Cigale nymphe kimchi avec riz noir, kennip, concombre et menthe. Stefano Giovannini

Le cuisinier de bogue l'a suivi avec des cigales à l'ail dans une soupe de poireaux aux pommes de terre, puis du kimchi de cigale avec du riz noir, suivi de cigales marinées avec du tofu soyeux avec des poivrons gochu et des rampes.

Loin des sucettes scorpion vendues dans les boutiques de souvenirs des musées, ces plats complexes semblaient pouvoir être servis dans un restaurant étoilé au Michelin. C'est parce que Yoon voulait créer des plats "authentiques et non fantaisistes" qui aideraient les Occidentaux à apprécier la saveur naturelle de la cigale, a-t-il déclaré.


Manger des cigales Brood X à la mode : à quoi ressemblent les recettes d'insectes

Ils sont la porte d'entrée dans le monde enivrant et croustillant de la consommation d'insectes.

Après avoir dormi pendant près de 20 ans, les cigales cacophoniques Brood X ont enfin émergé sur la côte est.

Mais cette fois-ci, les plus aventureux d'entre nous ne se contenteront pas de audience les créatures assourdissantes - certains se préparent à cuisiner ces bougres tendance comme une ébullition d'écrevisses terrestres.

"Vous voulez manger les femelles, car elles sont pleines d'œufs", a déclaré Gene Kritsky, auteur de "Periodical Cicadas: The Brood X Edition". Abandonnant la comparaison fatiguée avec le poulet, il a comparé leur saveur à quelque chose de plus comme des asperges froides.

Désormais, une petite foule affamée d'épicuriens intrépides se dirige vers les forêts de la côte est et du Midwest pour attraper les insectes qui n'apparaissent que tous les 17 ans. Les cuisiniers créatifs génèrent un buzz intrigant à la fois en ligne et dans la chair pour le passe-temps décrié de manger des insectes. Nous aussi, nous avons décidé de mettre nos papilles à l'épreuve et de goûter nous-mêmes à ces délices cycliques. Hakuna matata, non ?

Joseph Yoon, chef privé et fondateur de Brooklyn Bugs, un groupe de défense des insectes comestibles qui revendique les insectes comme une source durable de protéines. L'entomophage pur et dur " Oui, il y a " 8217s a word pour "bug eater" a accompagné des chercheurs lors d'excursions de recherche de cigale dans le New Jersey dans le but de récolter des "centaines de milliers d'échantillons" pour le pot, a-t-il déclaré au Post.

"Nous allons créer des plats et des idées autour des cigales qui n'ont jamais été vus auparavant", a déclaré Yoon, qui facture plus de 750 $ pour ses repas privés sans cigale. Il cherche actuellement à organiser des événements sur les bogues pour le public.

Mais le gourmand a gracieusement accepté d'organiser son banquet inaugural Brood X dans mon appartement à Brooklyn, où il nous a offert un échantillonneur de cigale périodique personnalisé à huit plats.

Ben Cost de The Post s'est livré à la tendance de plus en plus populaire de manger des insectes - le plat principal étant la cigale Brood X. Stefano Giovannini

Comme c'était au début de la saison des cigales au moment de manger, il a servi les nymphes, le premier étage « semblable à du veau » auquel manquent les ailes de l'adulte.

En priant pour ne pas avoir d'allergies imprévues aux cigales, nous nous sommes plongés dans la manne des insectes.

Voir également

Des cigales aux yeux rouge sang émergent à Washington

Tout d'abord par la trappe : des fèves d'edamame blanchies saupoudrées de sel de mer, le salé japonais condiment furikake et, bien sûr, des nymphes de cigale frites à la perfection.

Bien qu'elles ressemblaient à des crevettes desséchées, elles avaient un goût dodu et de noisette, et se mariaient particulièrement bien avec une lager croustillante.

Viennent ensuite les « œufs d'insectes » : des bébés cigales frites que Yoon a placées astucieusement sur la moitié d'un œuf de caille bouilli, un plat qu'il a décrit comme « symbolisant le printemps ». , du miel et des grillons hachés pour plus de protéines.

"Attention, ça a du punch", a averti Yoon alors que nous en avalions une cuillerée entière.

Cigale nymphe kimchi avec riz noir, kennip, concombre et menthe. Stefano Giovannini

Le cuisinier de bogue l'a suivi avec des cigales à l'ail dans une soupe de poireaux aux pommes de terre, puis du kimchi de cigale avec du riz noir, suivi de cigales marinées avec du tofu soyeux avec des poivrons gochu et des rampes.

Loin des sucettes scorpion vendues dans les boutiques de souvenirs des musées, ces plats complexes semblaient pouvoir être servis dans un restaurant étoilé au Michelin. C'est parce que Yoon voulait créer des plats "authentiques et non fantaisistes" qui aideraient les Occidentaux à apprécier la saveur naturelle de la cigale, a-t-il déclaré.


Manger des cigales Brood X à la mode : à quoi ressemblent les recettes d'insectes

Ils sont la porte d'entrée dans le monde enivrant et croustillant de la consommation d'insectes.

Après avoir dormi pendant près de 20 ans, les cigales cacophoniques Brood X ont enfin émergé sur la côte est.

Mais cette fois-ci, les plus aventureux d'entre nous ne se contenteront pas audience les créatures assourdissantes - certains se préparent à cuisiner ces bougres tendance comme une ébullition d'écrevisses terrestres.

"Vous voulez manger les femelles, car elles sont pleines d'œufs", a déclaré Gene Kritsky, auteur de "Periodical Cicadas: The Brood X Edition". Abandonnant la comparaison fatiguée avec le poulet, il a comparé leur saveur à quelque chose de plus comme des asperges froides.

Désormais, une petite foule affamée d'épicuriens intrépides se dirige vers les forêts de la côte est et du Midwest pour attraper les insectes qui n'apparaissent que tous les 17 ans. Les cuisiniers créatifs génèrent un buzz intrigant à la fois en ligne et dans la chair pour le passe-temps décrié de manger des insectes. Nous aussi, nous avons décidé de mettre nos papilles à l'épreuve et de goûter nous-mêmes à ces délices cycliques. Hakuna matata, non ?

Joseph Yoon, chef privé et fondateur de Brooklyn Bugs, un groupe de défense des insectes comestibles qui présente les insectes comme une source durable de protéines. L'entomophage pur et dur "oui, il y a" 8217s a word pour "bug eater" a accompagné des chercheurs lors d'excursions de recherche de cigale dans le New Jersey dans le but de récolter des "centaines de milliers d'échantillons" pour le pot, a-t-il déclaré à The Post.

"Nous allons créer des plats et des idées autour des cigales qui n'ont jamais été vus auparavant", a déclaré Yoon, qui facture plus de 750 $ pour ses repas privés sans cigale. Il cherche actuellement à organiser des événements sur les bogues pour le public.

Mais le gourmand a gracieusement accepté d'organiser son banquet inaugural Brood X dans mon appartement à Brooklyn, où il nous a offert un échantillonneur de cigale périodique personnalisé à huit plats.

Ben Cost de The Post s'est livré à la tendance de plus en plus populaire de manger des insectes - le plat principal étant la cigale Brood X. Stefano Giovannini

Comme c'était au début de la saison des cigales au moment de manger, il a servi les nymphes, le premier étage « semblable à du veau » auquel manquent les ailes de l'adulte.

En priant pour ne pas avoir d'allergies imprévues aux cigales, nous nous sommes plongés dans la manne des insectes.

Voir également

Des cigales aux yeux rouge sang émergent à Washington

Tout d'abord par la trappe : des fèves d'edamame blanchies saupoudrées de sel de mer, le salé japonais condiment furikake et, bien sûr, des nymphes de cigale frites à la perfection.

Bien qu'elles ressemblaient à des crevettes desséchées, elles avaient un goût dodu et de noisette, et se mariaient particulièrement bien avec une lager croustillante.

Next up were “insect eggs”: Fried baby cicadas that Yoon placed artfully atop a half of boiled quail egg, a dish he described as “symbolizing spring.” He drizzled it with a smoldering hot sauce concocted from fermented habaneros, honey and ground crickets for extra protein.

“Careful, that has some kick,” Yoon cautioned as we downed a whole spoonful.

Cicada nymph kimchi with black rice, kennip, cucumber and mint. Stefano Giovannini

The bug cook followed it up with garlic cicadas in potato leek soup, then cicada kimchi with black rice, followed by pickled cicadas with silken tofu with gochu peppers and ramps.

A far cry from the scorpion lollipops sold at museum gift shops, these intricate eats seemed like they could be served at a Michelin-starred restaurant. That’s because Yoon wanted to create “authentic, nongimmicky” dishes that would help Westerners appreciate the cicada’s natural flavor, he said.


Eating trendy Brood X cicadas: What the bug recipes taste like

They are the gateway bug into the intoxicatingly crunchy world of insect eating.

After lying dormant for nearly 20 years, the cacophonous Brood X cicadas have finally emerged on the East Coast.

But this time around, the most adventurous among us won’t be satisfied merely hearing the deafening critters — some are preparing to cook these trending buggers up like a terrestrial crawfish boil.

“You wanna eat the females, because they’re full of eggs,” Gene Kritsky, author of “Periodical Cicadas: The Brood X Edition,” told The Post. Ditching the tired just-like-chicken comparison, he analogized their flavor to something more like “cold asparagus.”

Now, a small but hungry crowd of intrepid epicures are headed toward the forests of the East Coast and Midwest to catch the insects which only emerge every 17 years. The creative cooks are generating an intriguing buzz both online and in the flesh for the maligned pastime of bug-eating. We, too, decided to put our tastebuds to the test and sample these cyclical delicacies for ourselves. Hakuna matata, right?

The Post’s cicada cuisine fixer was Joseph Yoon, private chef and founder of Brooklyn Bugs, an edible-insect advocacy group that touts bugs “as a sustainable source of protein.” The diehard entomophagist — yes, there’s a word for “bug eater” — has been accompanying researchers on cicada foraging excursions in New Jersey with the goal of harvesting “hundreds of thousands of samples” for the pot, he told The Post.

“We’re gonna be creating dishes and ideas around cicadas that have never been seen before,” said Yoon, who charges upwards of $750 for his private noncicada meals. He’s currently looking into holding events about the bugs for the public.

But the gourmand graciously agreed to hold his inaugural Brood X banquet at my apartment in Brooklyn, where he treated us to a customized eight-course periodical cicada sampler.

The Post’s Ben Cost indulged in the increasingly popular trend of bug-eating — the main course being the Brood X cicada. Stefano Giovannini

As it was early in the cicada season at the time of eating, he served the nymphs, the “veal-like” first stage that lacks the wings of the adult.

Praying we didn’t have any unforeseen cicada allergies, we tucked into the bug bonanza.

See also

Cicadas with blood-red eyes emerge in DC

First down the hatch: Blanched edamame beans sprinkled with sea salt, the savory Japanese condiment furikake and, of course, cicada nymphs fried to perfection.

Despite resembling desiccated prawns, they tasted plump and nutty, and paired especially well with a crisp lager.

Next up were “insect eggs”: Fried baby cicadas that Yoon placed artfully atop a half of boiled quail egg, a dish he described as “symbolizing spring.” He drizzled it with a smoldering hot sauce concocted from fermented habaneros, honey and ground crickets for extra protein.

“Careful, that has some kick,” Yoon cautioned as we downed a whole spoonful.

Cicada nymph kimchi with black rice, kennip, cucumber and mint. Stefano Giovannini

The bug cook followed it up with garlic cicadas in potato leek soup, then cicada kimchi with black rice, followed by pickled cicadas with silken tofu with gochu peppers and ramps.

A far cry from the scorpion lollipops sold at museum gift shops, these intricate eats seemed like they could be served at a Michelin-starred restaurant. That’s because Yoon wanted to create “authentic, nongimmicky” dishes that would help Westerners appreciate the cicada’s natural flavor, he said.


Eating trendy Brood X cicadas: What the bug recipes taste like

They are the gateway bug into the intoxicatingly crunchy world of insect eating.

After lying dormant for nearly 20 years, the cacophonous Brood X cicadas have finally emerged on the East Coast.

But this time around, the most adventurous among us won’t be satisfied merely hearing the deafening critters — some are preparing to cook these trending buggers up like a terrestrial crawfish boil.

“You wanna eat the females, because they’re full of eggs,” Gene Kritsky, author of “Periodical Cicadas: The Brood X Edition,” told The Post. Ditching the tired just-like-chicken comparison, he analogized their flavor to something more like “cold asparagus.”

Now, a small but hungry crowd of intrepid epicures are headed toward the forests of the East Coast and Midwest to catch the insects which only emerge every 17 years. The creative cooks are generating an intriguing buzz both online and in the flesh for the maligned pastime of bug-eating. We, too, decided to put our tastebuds to the test and sample these cyclical delicacies for ourselves. Hakuna matata, right?

The Post’s cicada cuisine fixer was Joseph Yoon, private chef and founder of Brooklyn Bugs, an edible-insect advocacy group that touts bugs “as a sustainable source of protein.” The diehard entomophagist — yes, there’s a word for “bug eater” — has been accompanying researchers on cicada foraging excursions in New Jersey with the goal of harvesting “hundreds of thousands of samples” for the pot, he told The Post.

“We’re gonna be creating dishes and ideas around cicadas that have never been seen before,” said Yoon, who charges upwards of $750 for his private noncicada meals. He’s currently looking into holding events about the bugs for the public.

But the gourmand graciously agreed to hold his inaugural Brood X banquet at my apartment in Brooklyn, where he treated us to a customized eight-course periodical cicada sampler.

The Post’s Ben Cost indulged in the increasingly popular trend of bug-eating — the main course being the Brood X cicada. Stefano Giovannini

As it was early in the cicada season at the time of eating, he served the nymphs, the “veal-like” first stage that lacks the wings of the adult.

Praying we didn’t have any unforeseen cicada allergies, we tucked into the bug bonanza.

See also

Cicadas with blood-red eyes emerge in DC

First down the hatch: Blanched edamame beans sprinkled with sea salt, the savory Japanese condiment furikake and, of course, cicada nymphs fried to perfection.

Despite resembling desiccated prawns, they tasted plump and nutty, and paired especially well with a crisp lager.

Next up were “insect eggs”: Fried baby cicadas that Yoon placed artfully atop a half of boiled quail egg, a dish he described as “symbolizing spring.” He drizzled it with a smoldering hot sauce concocted from fermented habaneros, honey and ground crickets for extra protein.

“Careful, that has some kick,” Yoon cautioned as we downed a whole spoonful.

Cicada nymph kimchi with black rice, kennip, cucumber and mint. Stefano Giovannini

The bug cook followed it up with garlic cicadas in potato leek soup, then cicada kimchi with black rice, followed by pickled cicadas with silken tofu with gochu peppers and ramps.

A far cry from the scorpion lollipops sold at museum gift shops, these intricate eats seemed like they could be served at a Michelin-starred restaurant. That’s because Yoon wanted to create “authentic, nongimmicky” dishes that would help Westerners appreciate the cicada’s natural flavor, he said.


Eating trendy Brood X cicadas: What the bug recipes taste like

They are the gateway bug into the intoxicatingly crunchy world of insect eating.

After lying dormant for nearly 20 years, the cacophonous Brood X cicadas have finally emerged on the East Coast.

But this time around, the most adventurous among us won’t be satisfied merely hearing the deafening critters — some are preparing to cook these trending buggers up like a terrestrial crawfish boil.

“You wanna eat the females, because they’re full of eggs,” Gene Kritsky, author of “Periodical Cicadas: The Brood X Edition,” told The Post. Ditching the tired just-like-chicken comparison, he analogized their flavor to something more like “cold asparagus.”

Now, a small but hungry crowd of intrepid epicures are headed toward the forests of the East Coast and Midwest to catch the insects which only emerge every 17 years. The creative cooks are generating an intriguing buzz both online and in the flesh for the maligned pastime of bug-eating. We, too, decided to put our tastebuds to the test and sample these cyclical delicacies for ourselves. Hakuna matata, right?

The Post’s cicada cuisine fixer was Joseph Yoon, private chef and founder of Brooklyn Bugs, an edible-insect advocacy group that touts bugs “as a sustainable source of protein.” The diehard entomophagist — yes, there’s a word for “bug eater” — has been accompanying researchers on cicada foraging excursions in New Jersey with the goal of harvesting “hundreds of thousands of samples” for the pot, he told The Post.

“We’re gonna be creating dishes and ideas around cicadas that have never been seen before,” said Yoon, who charges upwards of $750 for his private noncicada meals. He’s currently looking into holding events about the bugs for the public.

But the gourmand graciously agreed to hold his inaugural Brood X banquet at my apartment in Brooklyn, where he treated us to a customized eight-course periodical cicada sampler.

The Post’s Ben Cost indulged in the increasingly popular trend of bug-eating — the main course being the Brood X cicada. Stefano Giovannini

As it was early in the cicada season at the time of eating, he served the nymphs, the “veal-like” first stage that lacks the wings of the adult.

Praying we didn’t have any unforeseen cicada allergies, we tucked into the bug bonanza.

See also

Cicadas with blood-red eyes emerge in DC

First down the hatch: Blanched edamame beans sprinkled with sea salt, the savory Japanese condiment furikake and, of course, cicada nymphs fried to perfection.

Despite resembling desiccated prawns, they tasted plump and nutty, and paired especially well with a crisp lager.

Next up were “insect eggs”: Fried baby cicadas that Yoon placed artfully atop a half of boiled quail egg, a dish he described as “symbolizing spring.” He drizzled it with a smoldering hot sauce concocted from fermented habaneros, honey and ground crickets for extra protein.

“Careful, that has some kick,” Yoon cautioned as we downed a whole spoonful.

Cicada nymph kimchi with black rice, kennip, cucumber and mint. Stefano Giovannini

The bug cook followed it up with garlic cicadas in potato leek soup, then cicada kimchi with black rice, followed by pickled cicadas with silken tofu with gochu peppers and ramps.

A far cry from the scorpion lollipops sold at museum gift shops, these intricate eats seemed like they could be served at a Michelin-starred restaurant. That’s because Yoon wanted to create “authentic, nongimmicky” dishes that would help Westerners appreciate the cicada’s natural flavor, he said.